Avant toutes choses

Enquête sur les discours d'origine

Avant toutes choses

Quatrième de couverture

Il n’est pas de société qui n’ait soulevé la question de ses origines. Notre propre culture ne fait pas exception à cette règle. Mieux : elle se singularise par la pluralité des discours d’origine qui y circulent. Dans un contexte de mondialisation, cette cohabitation de discours d’origine prend un relief particulier. Véritable originologie, cette enquête sur les discours d’origine en identifie quatre types : les discours mythiques (comme la Genèse ou la Théogonie d’Hésiode) ; les discours rationnels (qui approfondissent ou au contraire s’efforcent de disqualifier la question des origines) ; les discours scientifiques (traitant par exemple de l’origine de l’Univers, de la Terre, de la vie, ou encore de l’homme) ; et, enfin, les discours phénoménologiques (qui, dans le sillage de Husserl, mobilisent la notion d’« originaire »). Sont ainsi examinées les diverses façons par lesquelles il nous est donné de parler de ce qui existât avant toutes choses, sans exclusive et sans accorder une préférence à l’un ou l’autre de ces discours. Thèse dans la thèse, il est montré, au sujet des discours d’origine de type scientifique, qu’ils prennent leur source non pas au moment de la révolution scientifique (Copernic-Galilée-Newton) mais bien plus tard, au XIXème siècle avec Darwin (Origine des espèces). C’est la biologie qui ouvrira la voie à la physique pour l’élaboration de discours d’origine de type scientifique et non l’inverse. Pascal Nouvel invite ainsi le lecteur à l’analyse détaillée de ces discours et des rapports multiples qu’ils entretiennent entre eux, y compris dans leurs dimensions éthiques, sociales et politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *